Sur cette page vous trouverez des histoires, des informations et des blagues sur les pâtes.

J'ai fait un régime pendant 4 semaines: j'ai perdu 1 mois !

 

 

 

Quand il est converti, un cannibale, le vendredi, ne mange que des pêcheurs.

 

 

Histoire de pâtes: http://www.casadalmasso.com/pates-italiennes:

 

italia pulcinella

QUI EST L'INVENTEUR DES PÂTES?

L'orient ou l'occident, la chine ou l'Italie ?, Ni l'un ni l'autre : l'origine des pâtes remonte très profondément aux sources l'histoire de l'humanité, au début du néolitique, lorsque les chasseurs-cueilleurs apprennent à maîtriser leurs ressources en cultivant les graminées et en domestiquant les animaux. Depuis cette époque charnière le blé est indissociablement lié à l'histoire des pâtes. Se transmettent dès lors sans fin la mouture du blé, la confection de la pâte avec de l'eau, les techniques de cuisson sur des pierres brûlantes.

Quelques mille années avant J.-C. nous savons que les Grecs et peulpes du moyen-orient produisaient et consommaient des pâtes. Le grec «laganon» signifie un morceau de pâte découpé en bandes. De cette expression dérive aussi le «laganum» cité par Cicéron et plus tard par Apicius. Ce terme qui désigne un mode de préparation faisant alterner des couches de lagane avec de la viande est à l'origine des célèbres lasagnes.

Al-Idrisi

Les nomades de la péninsule arabique et de l'afrique du nord, qui ne disposaient pas d'assez d'eau pour préparer des pâtes chaque jour furent sans doute à l'origine de la dessication des pâtes à fin de conservation. Ces nomades inventèrent le calibrage en petit tube de pâtes qui accèlérait le processus de séchage. Ibran al Mibrad, au onzieme siecle, parle de la «rista» : des macaroni mélangé aux lentilles, un plat qui se consomme encore de nos jours au moyen-orient.

Le savoir nécessaire à la production des pâtes sèches a été introduit à Palerme entre le IXème et le XIème siècle pendant la domination arabe. Au moyen age, la Sicile était déjà célèbre pour la production de ses pâtes. Le géographe arabe Al-Idrisi affirme dans ses ouvrages qu'à Trabia : « on fabrique des pâtes en abondance, en forme de fils, appelées triyan qui s'exportent un peu partout, en Calabre, et dans de nombreux pays musulmans et chrétiens, par bateaux aussi ». Cette tradition s'est perpétuée jusqu'à nous et les siciliens mangent toujours «la tria bastarda», «les vermicelles de tria» et «les ciceri e tria».

polichinelle

A cette époque la Ligurie se spécialise aussi dans la fabrication et l'exportation de pâtes. A Naples, plus précisément à Gragnano, les sources nombreuses furent à l'origine de la création d'un grand nombre de moulins, puis à la renaissance, de nombreuses maisons spécialisées dans la fabrication de pâtes.

De la fin du moyen-âge jusqu'à la fin du XVIIIème siècle, les macaroni sont le plat emblématique des Napolitains. Ces pâtes italiennes célèbres en Europe, sont associés étroitement à Pulcinella, célèbre masque de Naples dont l'humeur est placée sous le signe de la faim et dont la quête se résume à un énorme plat de macaroni.

A table, que diable!

Toute une fourchette d'utilisations expliquées par Isabelle Kottelat

C’est malpoli, voire provocateur de manger avec les doigts. En Afrique du Nord, c’est courant – mais pas pratique pour autant avec le couscous. Dans nos contrées, jusqu’au XVIIIe siècle, il était excentrique, même diabolique, de se servir d’une fourchette. Parce qu’elle pique? Non, parce qu’elle incite à la gourmandise, s’irritait le clergé…

Voilà belle lurette que l’ustensile est pourtant inventé. Par les Byzantins, au IVe siècle. Du maniement des pièces de viande autour du chaudron, la fourchette devient royale vers 1056. La fille de l’empereur Domenico Doukas, Théodora Doukas, se pique pour le couvert. La dame est alors l’épouse du doge de Venise et lance cette mode raffinée en Italie du nord. Uniquement pour manger les pâtes. L’anecdote ne dit pas si elle a supplanté la cuillère pour rouler les spaghettis…

La fourchette n’entre pas dans l’histoire comme un couteau dans du beurre. Méfiance, méfiance. En 1574, en France, si la fourchette à deux dents débarque dans les inventaires royaux, c’est uniquement pour manger des poires cuites. Selon la légende, Catherine de Médicis et son fils Henri l’utilisent délicatement. Mais pas témérairement, puisque c’est uniquement pour prendre les morceaux dans le plat, portés ensuite à la bouche avec les doigts.

Puis la fourchette prend son essor grâce à la fraise. Pas le fruit, la collerette blanche portée au XVIIe siècle par les grands de ce monde. Avec ses trois dents, l’outil permet de ne pas tacher le tour de cou. Mais l’usage de la fourchette reste confidentiel jusqu’au siècle des Lumières qui l’éclairera d’un jour nouveau.

Il s’agira alors surtout de savoir laquelle utiliser et où la disposer sur la table: à gauche, les pointes vers le bas, dira l’étiquette. Pour éviter que les convives ne se blessent? Que nenni, pour qu’ils admirent les armoiries de leurs hôtes, poinçonnées sur le dos de la fourchette. Sauf qu’en Angleterre, c’est le contraire.

 

« Il n’y a pas de bonne cuisine si au départ elle n’est pas faite par amitié (ou par amour) pour celui ou celle à qui elle est destinée » (Paul Bocuse) ou autrement: la cuisine c'est comme l'amour: il faut se prendre du temps!!

 

 

 

Les tomates

 

 

 

Jusqu'à la fin du XVIIIème siècle, on consommait les pâtes natures ou avec du fromage. L'utilisation de la tomate est mentionnée pour la première fois au XVIIème siècle. La tomate est d'abord importée du Nouveau Monde vers l'Espagne, puis on la retrouve à travers l'Europe, notamment dans les pays méditerranéens, où les conditions climatiques sont idéales pour la cultiver. Mais la tomate n’apparaît pas comme un ingrédient était considérée comme une plante ornementale, car on pensait alors que c'était un poison (En réalité, la plante est toxique, mais son fruit, la tomate, ne l'est pas).

 

 

En 1778 Vincenzo Corrado mentionne dans son livre de cuisine “Cuoco galante” (Le Cuisinier des Gentlemen) une recette de sauce tomate, mais pas dans le but d’accommoder les pâtes. Cette sauce tomate, bouillie avec une pincée de sel et quelques feuilles de basilic, était utilisée ensuite au début des années 1800 par les vendeurs ambulants du sud de l'Italie pour accommoder les macaroni.

 

 

Finalement, on garnit la pizza avec de la sauce tomate et de la mozzarelle au milieu du XIXème siècle seulement.

 

 

 

 

 

 

 

Des arbres à spaghetti ?

 

En 1957, la BBC diffuse un court documentaire intitulé Spaghetti Picking in the Spring, illustrant la vie rurale de la région de Lugano. Un présentateur y décrit très sérieusement l'arbre duquel on peut récolter des douzaines de kilogrammes de spaghetti.

 

Le présentateur y explique aussi que grâce à l'expertise et la compétence développées par les fermiers au cours du temps, ces arbres produisent des spaghettis de taille égale, un paramètre qui, parmi d'autres, facilite leur cueillette . 

On raconte que le lendemain de la diffusion (2 avril) les studios de la BBC reçurent de nombreux appels de personnes intéressées pour acheter cette variété d'arbre à spaghettis et réclamant le numéro de téléphone des revendeurs…

 

 

 

 

 


Source : BBC

 

Une blague

 

Un homme est en train de cuire des pâtes lorsque sa femme rentre à la maison.

Elle vient dans la cuisine et se met à crier :

Attention ! Attention ! Plus de beurre ! Retourne-les !

Retourne-les ! Mets du beurre, Plus de beurre !!

Tu ne vois pas qu’elles vont brûler ??

Mais fais attention ! Retourne-les !

Allez, dépêche-toi ! Retourne-les maintenant !

Attention, trop de beurre, ça va gicler !

Attention ! Tu vas te brûler !! Hola, hola, beaucoup trop de beurre! et pas assez de sel!!

L'homme, complètement excédé, finit par lui hurler :

- M'enfin, ça ne va pas dans ta tête ? Pourquoi cries-tu comme ça ?

Qu'est-ce qu'il te prend ?

La femme se retourne et dit très calmement, en quittant la cuisine :

« Rien, c'est juste pour te montrer ce que ça fait quand tu es à côté de moi en voiture... »

 

Et encore:

 

Au restaurant: Mademoiselle, vous servez des nouilles? Bien sûr Monsieur, on sert tout le monde ici.

 

 

Faux 

Tous les spécialistes sont unanimes : les féculents comme les pâtes ne font pas grossir, sauf si vous en consommez des quantités excessives. En effet, les glucides complexes qu'ils contiennent sont lentement assimilés par l'organisme et retardent plus efficacement le retour de la faim. Il est alors plus facile d'éviter de « craquer » entre les repas. Peu grasses lorsqu'elles sont nature (moins de 2 g de graisses pour 100 g de pâtes cuites), le vrai problème des pâtes est plutôt la façon dont nous les préparons ou nous les accompagnons de sauces ou de fromage râpé... Ainsi, il y a une grande différence entre des spaghetti au coulis de tomate et celles à la Carbonara !...